J'ai rencontre le 'Colonel' CIRAMUNDA

J'ai rencontre le "Colonel" CIRAMUNDA
[ Ik ontmoette de "kolonel" CIRAMUNDA ]


  Bonjour mon Colonel ! Un homme de presque 90 kilos, un mur de muscles avec un peu plus de 1m 85 se retourne vers moi avec un sourire. Il ne dit rien et me fixe dans les yeux et je me presente alors: "Je m'appelle Jean Michel, suis belgo-burundais". Je suis tres etonne de sa simplicite. Tout en me repondant il continue a faire ses courses en compagnie de son fils aine. Je ne semble pas le deranger pendant qu'il pousse son caddie et repond courtoisement a mes salutations.

En abordant une des questions a la une concernant la rebellion, il me dit le plus simplement du monde qu' il ne peut en aucun cas en parler ici et qu' il y a un cadre ou on peut s'exprime sans problemes. Il me donne sa carte de visite ou il me montre un numero de telephone puis m'invite a l'appeler plus tard quand il aura fini ses courses. Il me precise que vendredi c'est son jour pour faire les courses "Ivyi buraya urabizi sinka hariya iwacu dufise ababidukorera" (la vie en europe tu la connais c'est pas comme chez nous ou on a des gens qui font cela a notre place) et on eclate de rire. Je lui tiens compagnie et on discute de tout et de rien sauf de la politique.  A sa demande nous avons continue notre conversation en neerlandais puisque nous sommes en Flandre.

Pourquoi vous achetez beaucoup d'eau comme ca ? Il me repond que c'est depuis que je ne consomme plus de l'alcool que cette manie de boire beaucoup d'eau m'a pris et que cela dure bientot deux ans. Je l'ai racompagne a sa voiture, une range rover noir avec des accessoirs dernier cri. Il m'a depose chez moi. Je n'ai jamais vu une telle bagnole dans ma vie uniquement dans les films americains du genre 'les experts Miami'.

C'est a ce moment que je sens que je suis en face d'un acteur cle de la vie politique de mon pays d'origine et que je sens que cette rencontre ne doit pas passer innapercu. Je dois faire quelque chose en tant que journaliste. C'est de la que l'idee de faire une enquette sur cet homme mal connu du public burundais me vient a l'esprit.

En rentrant chez moi j'ai decide d'entamer ce dossier en commencant par faire une recherche sur Google mais tout ce que je suis tombe dessus est deja connu du public. C'est alors que je me tourne vers mes amis de Bujumbura pour plus d'informations et la c'est la caverne d'Ali Baba qui s'ouvre a moi pendant aumoins 20 jours je ne cesse de recolter des informations a son sujet emmanant des ses amis comme de ses innemis. Des piles et des piles d'informations stupefiantes a chaque fois.


Ne a Bujumbura d'un pere belge et d'une mere burundaise, il a fait sa scolarite de la maternelle a la fin du cycle inferieur du secondaire a l'ecole independante de Bujumbura puis va poursuivre  au college du saint esprit avec un passage eclaire au lycee internationale de Bujumbura avant de s'envoler vers la Belgique pour suivre ses etudes superieures. Durant sa scolarite on remarque un eleve assidu qui est toujours entre les cinq premier de la classe et souvent delegue de classe et sans plus. Mais a l'exterieur c'est un activiste au sein d'un mouvement clandestin de jeune appelle Mouvement National Burundais ou il est simple membre. C'est la branche politique de ce qui deviendra plus tard les 'sans echecs' et 'sans defaites' pendant les evenements de 1993-96.

Il est aussi tres sportif. Il fait parti du celebre club d'athletisme de la Brarudi ou il court le 400 et le 800 m. D'ou il gardera son surnom de RUGEREKA que ses concurants et amis militaires du troisieme battallon commando de Gitega l'appellait en l'encourageant quand il allongait sa foulee dans le virage avant la derniere ligne droite. Il faisait aussi du cyclisme, jouait au foot comme gardien de but, au handball, faisait des competition de natation, ... il touchait a tout les sports mais son sport favoris reste et restera l'athletisme.

Arrive en retard en Europe pour suivre ses etudes en architecture, il s'inscrit a l'academie militaire et obtient une license en criminologie internationale. Son travail de memoire, il le consacrera a l'etude du tueur en serie russe Andrei TCHIKATILLO appele aussi 'l'orgre de Rostov'. Il sera parmi les rares personnes a receuillir ses derniers confidences avant sa decapitation.

Dans le civil, il suit des cours du soir en communication et publicite ou il obtient egalement un graduat. Il exercera en tant que flic pendant quelques temps avant d'etre affecte a Copenhague comme agent de liaison de l'Europol. A son actif, on reconnaitra le dementelement du reseau de trafic de stupefiants orchestre par des ressortissants de la region des grands lacs africains (Burundi, Rwanda, Tanzanie et l'est du Congo). Il restera toujours attache a son ministere d'origine c'est a dire la defense nationale avec le grade de capitaine jusqu'en 2000 ou il rentre au Burundi.

Tout le monde s'accorde a dire que CIRAMUNDA, de son vrai nom DELVAUX Richard n'a jamais quitte les services de renseignement de son pays d'origine. Arrive a Bujmbura, il cree une agence de detective prive denomme BUJA Dectective S.A. et recrute des anciens policiers et miltaires. Parrallelement, il cree une agence de presse 'Nouvelle Vision' qu'on qualifie de proche du President NDAYIZEYE puisqu'il est meme lance le jour de son accession au pouvoir. On a fort remarque les applaudissements du President NDAYIZEYE lorsque l'equipe du medium a defile le 1er mai avec a sa tete CIRAMUNDA et sa charmante epouse en compagnie d'une trentaine d'enfants de la rue charge de la distribution du journal. Les deux hommes se sont connu lors de la creation de l'ANAC (Alliance nationale pour le Changement) pendant les echanges d'Arusha en Tanzanie. Les deux etaient chef de delegation de leurs partis respectifs ( FRODEBU et PARENA) au sein de la troisieme commission 'Paix et Securite pour Tous' sous la houllette du Pere Matteo Zuppi de San Egidio.

En 2004, il travaille au Congo voisin officielllement au service de la logistique de la Monuc mais officieusement il oeuvre pour les services de renseignements occidentaux. Il porte un uniforme de major de l'armee angolaise de temps en tepms pour ses deplacements on ne sait pas pourquoi et repond au nom de MUNDA WA MUNDA Dosantos.

En 2005, quand le CNDD-FDD prend le pouvoir il est flanque Colonel et porte egalement la tenue. On le verra souvent dans les enceintes de la documentationale nationale habille en tenue legere de l'armee burundaise. On chuchotte a cette epoque que c'est lui qui dirige en realite la surete exterieure au niveau de la SNR ( Service Nationale de Renseignement - Police Presidentielle Burundaise) et que son directeur BURANJE ne fait que figure de paille jusqu'a ce jour.

En janvier 2008, il part au Canada en accompagnant les enfants de son ami le General Adolphe NSHIMIRIMANA et disparait dans la nature pendant au moins 10 mois puis on le retrouve de retour a Bruxelles rattache a son ministere d'origine. On raconte qu'il est en disgrace avec le pouvoir de Bujumbura et qu'il y a un dossier ramppant en justice pour tentative de coup d'etat. Une des ses maisons sise a Kinindo est meme vendu aux encheres en complicite avec la BGF (Banque de Gestion et de Financement) et le Ministre de la justice de l'epoque pour faire pression sur lui et sa famille cellulaire. Tout cela en violation de la loi. Mais en janvier 2009, il est de retour a Bujumbura pendant un mois et c'est a ce moment que le divorce avec le pouvoir est definitif. On ne saura jamais pourquoi mais le dossier de l'honorable Hussein RADJABU y serait pour grand chose.

Durant les dix mois de sa disparition deux pistes sont a suivre. Une piste  est celle de la suivie d'une formation renforce dans la lutte anti terroriste aux etats unis par la CIA et l'autre une formation de six mois en Lybie ou il serait meme devenu musulman. J'ai vu des photos dans son bureau ou il est main dans la main avec le fils cadet du colonel Khadaffi. Je l'ai egalement enttendu conversser en arabe au telephone lors de notre premiere rencontre. Je pencherai donc plus pour la deuxieme piste.

Des son retour a Bruxelles, il lance l'agence BUJUMBURA News sur internet et radicalise son opposition au CNDD-FDD. En septembre 2010, il est elu president du Mouvement National Burundais et lance son appel au Peuple Burundais le 14 novembre 2010. La rebellion venait de naitre au Burundi.

De l'officier militaire, en passant par l'agent du renseignement de plusieurs pays europpeens, americains et africains, il devient un rebel contre un pouvoir qu'il a peut etre aide a conquerir le trone en coullisse.

En 21 ans de service, cet homme a participe a plusieurs guerres sur le globe: Ex-Yougoslavie, Colombie, Tchetchenie, Congo, Rwanda, Burundi, Comore et Timor. A fait presque le tour du monde ou il a des amis un peu partout.

Politiquement, il a un parcours tres sommaire sur la scene burundaise. En aout 1996 il cree l'agence des patriotes burundais avec des exiles burundais en Scandinavie en reaction au coup d'etat de BUYOYA et se lie d'amite avec le President BAGAZA. Ils sont toujours ami jusqu'a ce jour. On m'a confirme que meme les echanges a couteaux tires des ces derniers mois ne sont qu'une mascarade parce que BAGAZA attendait sa nomination a l'Union Africaine et ne voulait en aucun cas afficher son amitie avec CIRAMUNDA que le monde entier designe comme le nouveau chef de rebellion burundaise.

Quelque jours apres notre rencontre dans le super marche, je l'ai rencontre dans son bureau situe a Bruxelles dans son appartement prive au troisieme etage. Un immeuble qu'il vient d'acheter il y a peu de temps. Il ne quitte jamais son telephone satellitaire HTC. Nous avons echange pendant cinq minutes sur son absence sur le terrain des affrontements. Il m'a dit que lorsqu'on nous a tire dessus a kanyosha a la fin de l'annee le conseil superieur de la lutte m'a demande de ne plus venir sur le terrain car la perte de ma vie serait la fin de notre Mouvement. J'ai vu qu'il n'aurait pas le temps pour moi. Je lui ai dis poliment aurevoir et suis parti. A la sortie de sa maison, j'ai remarque une voiture avec des gardes en civiles (militaires ou policiers) qui surveillent les aller et venu. La meme voiture nous escortait pendant notre trajet lors de notre premiere rencontre. Cet homme est fortement protege et porte constament une arme sur lui.

En faisant cette enquette j'ai decouvert qu'il est l'ami de tout le monde et en meme temps l'ennemi de tout le monde. Les attaques personnels ne l'affectent pas du tout. Je l'ai fais aux autres et quand on me le fait a moi, ca ne me dis rien parceque je sais comment ils inventent ces ragots m'a t'il dit un jour au telephone.

Voici le peu de chose que je connais de cet homme fascinant et d'une simplicite inegallable au yeux de sa carriere et de sa fortune. Je reste convaincu que plein de chose sont a decouvrir sur lui et j'espere faire un autre article quand j'aurais plus d'informations. Surement que l'avenir lui reserve de bonne choses encore car la plupart des hautes personnalites (tant burundaises qu'europpeennes) que j'ai contacte m'ont confirme que parmi les pretendants a la direction du pays, il est probablement le seul capable de resoudre beaucoup de probleme et de diriger valablement le Burundi avec le soutient de la communaute internationale.

Jean Michel VAN NUFFELEN
Bruges (Belgique), le 10 fevrier 2011


Quand je lui ai envoye ce texte par e-mail, je lui ai demande son commentaire. Il m'a repondu qu'on dit beaucoup de chose sur lui et ce qui se trouve ici en fait parti. Je lui demande si BUJUMURA News pouvait publier cette article puisque mon journal l'a deja fait. Il m'a repondu qu'il demandera que le necessaire soie fait dans ce sens. Je suis sure qu'ils le publieront pour que les burundais le lisent et j'ai confiance en sa parole. Le texte original est en neerlandais. Vous m'excuserai pour les fautes de francais lors de la traduction et mon PC n'a pas d'accents.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×